Guérir grâce à la pensée positive : Mythe ou réalité?

Cet article fait partie de la série « Soigne-toi » et se décline sous deux formats: audio et écrit

Pour écouter ou télécharger la version audio: cliquez ici

Pour faire suite au précèdent épisode où j’abordais très rapidement les relations entre le corps et l’esprit, les prochains épisodes de « Soigne-toi » seront consacrés à ce sujet. Nous y décortiquerons ensemble la possibilité, vantée par certains courants de développement personnel, de guérir le corps grâce à l’esprit. Alors mythe ou réalité ?

Une série en 4 épisodes pour vous faire votre propre avis sur la question.



Sommaire



A la recherche de solutions pour aller mieux


Même si la médecine fait de son mieux pour enrayer les symptômes et réduire ainsi l’impact de la maladie, les résultats ne sont pas toujours probants en fonction des spécificités de chaque pathologie.

De ce fait, comme beaucoup de patients, peut-être êtes-vous attiré par une autre forme de prise en charge, plus holistique, pour trouver des solutions.

Si tel est votre cas, au cours de vos recherches pour aller mieux, peut être avez-vous entendu parler du fameux courant de la « pensée positive ». On vous a peut-être conseillé de faire attention à vos pensées, vos croyances, d’être plus positif, plus optimiste. En bref, un thérapeute a insinué que votre esprit pourrait jouer sur votre santé.

Alors que penser de cela ?

Est-il réellement possible d’améliorer sa santé grâce à des pensées plus positives ?

Est-ce un mythe largement répandu ou contient-il une part de vérité ?

Qu’est-ce que la « pensée positive » ?


La « pensée positive » repose sur un grand principe : en cultivant des pensées positives plutôt que négatives, en faisant attention à votre langage, en pratiquant la gratitude, en vous répétant des affirmations, en étant positif…, vous pourriez améliorer votre santé, aller mieux, voire guérir.

Guérir un problème physique grâce à nos pensées, cette idée peut paraître fantaisiste au premier abord. Cependant, il est facile de se rendre compte que nos pensées ont bien un impact sur notre physiologie. Si vous pensez à la personne que vous aimez le plus au monde ou à celle qui vous horripile le plus, cela va forcément modifier vos sensations et émotions.

Modifier ses pensées pour guérir le corps


Aller mieux en cultivant des pensées et sentiments « positifs » parait logique de prime abord. En effet, en pensant « positif », nos neurones peuvent potentiellement libérer des neurotransmetteurs aptes à agir sur notre physiologie dans le sens d’un mieux-être. On trouve d’ailleurs des témoignages de gens allant mieux grâce à ce type de pratique.

Une expérience, faite sous contrôle scientifique, a ainsi été menée lors d’un séminaire de Joe Dispenza (très connu pour ses recherches sur l’effet placebo). Celle-ci a montré que la pratique de la gratitude, lors d’une méditation répétée plusieurs fois par jour durant 4 jours, a renforcé le système immunitaire des participants en augmentant leur taux d’IGA et abaissant leur niveau de cortisol

Il est donc possible d’aller mieux en pensant positif.

Cependant, penser positif pour guérir reste un mythe et je vous explique pourquoi ci-dessous.

La vérité sur la pensée positive


Dans ce courant de la « pensée positive », on part d’une réalité physiologique, qui est que le fait d’éprouver des sensations agréables, suite à des pensées dites positives, va créer un cocktail chimique spécifique favorisant le bien être, la récupération voire la guérison, pour la déformer et aboutir à un mythe qui peut induire les patients en erreur.

Car la vérité est la suivante : ce n’est pas de « penser positif » mais de « ressentir positif » qui va impacter votre corps. C’est le fait de réussir à créer un ressenti positif dans votre corps qui va  moduler/modifier votre activité cérébrale et jouer ainsi sur votre physiologie.

Penser ou ne pas penser « positif » ne change rien. En effet, ce qui commande vos réflexes physiologiques, ce n’est pas ce que vous pensez mais bien ce que vous ressentez. Ce ne sont pas vos pensées mais bien vos ressentis corporels qui agissent.

Si vous-même avez testé la « pensée positive » sans réussir à tenir vos « engagements », cela a pu, au mieux, ne rien changer à votre situation, mais cela aurait également pu aggraver votre situation.

Pourquoi ? Parce que la « pensée positive » se heurte à deux écueils majeurs que je vous présente ci-dessous.

Rejeter ses pensées négatives


Quand on vit avec des problèmes de santé chroniques, soyons honnête, on vit forcément des moments compliqués. Face à ces moments-là, se forcer à « penser positif » revient en quelque sorte à nier la difficulté de ce que l’on traverse, à mettre sous silence nos émotions, à chercher à faire taire nos sensations. Pour faire simple, cela peut aboutir à nier la réalité de ce que vous êtes en train de vivre ou de ressentir.

Bien sûr, je ne dis pas qu’il faut se complaire dans une position de victime et rester enfermé dans ses problèmes. Mais, ce n’est pas parce que vous admettez vos difficultés physiques et/ou émotionnelles à faire face à la situation, que vous allez être plus mal. Bien au contraire. Il est important de reconnaitre là où vous en êtes pour pouvoir ensuite prendre les décisions nécessaires pour avancer et s’aider au quotidien.

Et, lorsque vous niez vos difficultés pour « penser positif », cela peut même créer l’effet inverse à celui attendu sur votre santé. Ainsi, une étude relayée dans le livre « Quand le corps dit non » de Gabor MATE a ainsi prouvé que ce sont les gens qui sont le moins en lien avec leurs ressentis, sensations et émotions qui ont les pronostics de survie au cancer les plus défavorables.

En effet, ces personnes sont tellement habituées à refouler ce qu’elles ressentent, pour garder une façade positive et forte, qu’elles ne sont plus du tout connectées à leur réels besoins.

La pression à être « positif »


Nos sociétés actuelles véhiculent, sans que l’on en ait toujours conscience, cette injonction à être toujours en capacité de faire face à tout : être fort, ne jamais avoir peur, pouvoir surmonter toutes les épreuves… Le problème c’est que beaucoup d’entre nous ont intériorisé cette croyance que, si nous n’arrivons pas à faire face aux difficultés, ce serait de notre faute, nous serions faible, nous manquerions de volontéOn ne laisse plus de place au doute, à la tristesse, au temps nécessaire pour s’adapter, à l’acceptation de nos sentiments, à l’acceptation de qui nous sommes...

La pensée positive véhicule également cette idée : nos pensées sont trop « négatives », nous ne nous aidons pas… Certes, on ne peut nier que certaines pensées ne sont clairement pas aidantes pour aller mieux. Cependant, faire passer ce message en culpabilisant les gens créé l’effet inverse et n’apporte que plus de culpabilisation encore.

Cette injonction au bien-être peut être très difficile à vivre pour certains et nous déconnecte quelquefois de nous-même. Surtout, lorsqu’on nous demande de « penser positif » dans des situations où il est nécessaire de passer par des sentiments dits « négatifs » pour pouvoir prendre les mesures nécessaires pour aller mieux.

De plus, chercher à « penser positif » et ne pas y arriver, ne fait que rajouter une couche de stress psychologique ; là ou votre corps a déjà énormément de stress physiologique à gérer dû à sa difficulté à maintenir son équilibre à cause de la maladie .

La « pensée positive », est ce que cela marche?


Attention, je ne dis pas que tout est mauvais dans ce courant de la « pensée positive », bien au contraire. Ce qui est gênant c’est plus la façon dont on nous la présente, qui peut desservir plus que servir les malades. Guérir le corps grâce à l’esprit, et dans ce cas des pensées plus « positives », contient bien une part de vérité, de réalité physiologique. Mais, on a tellement simplifié ce concept qu’il a perdu tout son sens.

En effet, « penser positif », si vos pensées réussissent à déclencher en vous un ressenti positif, va améliorer votre santé et votre bien-être puisque cela va activer la réponse de relaxation. La réponse de relaxation correspond au fait de ramener le corps à un métabolisme soutenant la santé et permettant de récupérer suite à un stress ; ce grâce à l’activation du système nerveux parasympathique.

Donc, en réalité, la « pensée positive » marche pour les gens qui réussissent à créer en eux un ressenti spécifique grâce à leurs pensées.

6 conseils pour tirer parti de la « pensée positive »


Alors comment pouvez-vous faire pour utiliser ce courant de la pensée positive de manière utile si vous n’arrivez pas à ressentir quoi que ce soit en pratiquant la « pensée positive » ?

Comment adopter un autre état d’esprit pour aller mieux et/ou mieux vivre avec la maladie ?

Ci-dessous je vous donne 6 conseils pour le faire

-> Acceptez vos émotions <-

Vivre avec des problèmes de santé chroniques, c’est difficile, c’est usant. Ne niez pas vos difficultés. Ne vous en voulez pas parce que vous n’arrivez pas à « penser positif » ou êtes trop « négatif ». Ce que vous vivez est réel. C’est difficile. C’est normal de vous sentir quelquefois découragé, triste, sans espoir…

Au lieu de fuir vos ressentis, de chercher à faire taire vos pensées et émotions déplaisantes, cherchez plutôt à développer votre confiance en vous, la confiance en vos capacités à faire face. Faites la paix avec votre corps qui fait de son mieux pour tenter de retrouver un équilibre perdu. Sur le long terme, agir ainsi sera beaucoup plus utile que de chercher à toujours « penser positif » qui revient à vous juger tout le temps et vous en vouloir quand vous ne réussissez pas à le faire.

-> Activez les sensations positives <-

La « pensée positive » fonctionne chez certains parce qu’elle réussit à générer en eux des « sensations positives ». Sautez donc l’étape de la « pensée positive » et cherchez plutôt comment faire pour vous sentir bien. Cela peut être une thérapie spécifique (manuelle, énergétique…), des activités physiques spécifiques si vous en capacité de les faire, d’autres types de taches (loisirs ou autres…). Trouvez ce qui vous fait vous sentir bien et faites le le plus souvent possible.

Si votre état de santé ne vous permet pas de ressentir quoi que ce soit durant ces activités ou vous ne pouvez tout simplement plus faire ces activités, dans ce cas adoptez une autre stratégie. Essayez, dans un premier temps, de faire des petites choses qui vous permettent, non pas de vous sentir bien, mais de vous soulager, de vous apaiser et de vous sentir en sécurité. En effet, en vous sentant en sécurité vous allez aussi activer la réponse de relaxation. Tachez de faire cela le plus souvent possible. Pour vous aider, vous trouverez des informations ce sujet dans l’épisode 2 de « Soigne-toi ». Ainsi, vous aurez les bénéfices de la « pensée positive » sans avoir ses écueils.

-> Cultivez des pensées apaisantes <-

Rappelez-vous que votre physiologie n’est pas sous votre contrôle conscient. A ce titre, vous ne pouvez pas impacter directement votre santé en décidant de « penser positif ». Sachant que ce que vous ressentez dans votre corps (émotions ou sensations) peut impacter votre physiologie, au lieu de « penser positif », essayez plutôt de « penser apaisant ».

Ainsi, au lieu de passer sous silence vos difficultés, trouvez comment les accepter via par exemple des pensées qui vont vous rassurer, vous soulager, vous sécuriser. Pour cela, il est important que les pensées que vous cultivez face écho à une croyance réelle pour vous. En effet, si ce n’est pas le cas, vos pensées n’affecteront pas votre physiologie. Posez-vous les questions suivantes : Qu’est-ce qui vous fait du bien ? Qu’est-ce qui vous donne de l’espoir ? Qu’est-ce qui vous permet de vous sentir soutenu et en sécurité ?

-> Les pensées, émotions et sensations sont passagères <-

Rappelez-vous que c’est normal d’avoir des difficultés à accéder à des sensations apaisantes, sécurisantes et encore plus positives quand on vit avec des troubles de santé chroniques. Ne vous jugez pas si vous n’y arrivez et vous sentez perdu et démuni. C’est normal. Cela ne va pas forcément durer. Les sensations et émotions ne font que passer. Ce n’est pas parce que aujourd’hui c’est extrêmement difficile pour vous que ce le sera toujours demain.

-> Pratiquez la pleine conscience <-

Si, comme je l’ai dit précédemment, vous n’arrivez pas à trouver des choses apaisantes qui vous ressourcent et vous font du bien, dans ce cas, pratiquez plutôt une attention plus accrue sur les moments où vous vous sentez un peu mieux, plus léger, plus positif, plus heureux.

Pratiquez la pleine conscience de ces instants où vous vous sentez apaisé, relaxé, en sécurité. Même si vous avez l’impression de ne jamais avoir de répit, en pratiquant cette attention ciblée, vous vous rendrez compte que, même si ces instants sont rares, ils existent. Ne les niez pas sous prétexte qu’ils ne durent pas. En cultivant cette focalisation de votre attention sur ces moments-là, vous entraînez votre cerveau à les recréer plus souvent et surtout à y accéder plus facilement.

-> Acceptez là où vous en êtes <-

Vous vivez quelque chose qui est difficile. C’est normal que ce soit dur émotionnellement parlant. C’est normal que vous ayez l’impression d’être la tête sous l’eau, de ne plus avoir aucune force, aucune capacité pour faire face à ce tsunami. Ne vous jugez pas dans ces moments-là. Dites-vous bien que vous faites de votre mieux pour faire face et c’est déjà beaucoup. Soyez bienveillant avec vous-même car la bienveillance est également une manière d’être positif. C’est une manière de prendre soin de vous.

Résumé #10


  • Le courant de la « pensée positive » part d’une vérité mais a été détourné pour en faire un mythe qui voudrait que se répéter des affirmations, d’avoir de la gratitude activerait directement des sensations apaisantes et/ou agréables dans notre corps et ainsi pourrait changer notre physiologie

  • Ce n’est pas de « penser positif » qui va impacter votre santé mais de réussir à créer des sentiments positifs, des sensations dans le corps perçus comme agréables, positives et/ou sécurisantes.

  • Deux écueils à ce courant de « penser positif »:
    • Finir par nier ses sensations à force de souhaiter vouloir être positif et se déconnecter de ses ressentis et de son corps
    • Etre pris dans cette injonction à être positif à tout prix et se rajouter de la culpabilité et du stress face aux difficultés

  • 6 conseils pour tirer parti de la relation corps esprit à votre avantage :
    • Acceptez vos émotions
    • Activez les sensations positives
    • Cultivez des pensées apaisantes
    • Se rappelez que les pensées, émotions et sensations sont passagères
    • Pratiquez la pleine conscience
    • Acceptez là où vous en êtes


Podcast #10


Télécharger ou écouter le podcast :

*Via le site « Soigne-toi »cliquez ici

* Via Apple Podcasts: cliquez ici

* Via Google Podcasts: cliquez ici

Ecouter le podcast via YouTube:

Pour aller plus loin


Ces articles pourraient vous intéresser


Une réflexion sur “Guérir grâce à la pensée positive : Mythe ou réalité?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s